TÉLÉTRAVAIL : J’Y VAIS, J’Y VAIS PAS ?

Oui, allez-y, mais pas n’importe comment ! En 2018, plus de 700 accords de télétravail ont été mis en place dans les entreprises en France, contre 500 en 2017. Seulement, par rapport à nos voisins européens, ce mode agile de collaboration reste malgré tout encore peu répandu en France, ne concernant ainsi que 17% de la population active française. Alors, le télétravail : bonne ou mauvaise idée pour une entreprise aujourd’hui ?

OUI, pour capter de nouveaux talents

Depuis plusieurs années, le temps de trajet pour se rendre au travail a considérablement augmenté. En moyenne, 1 travailleur français passerait 160 heures par an dans les transports. Le stress des bouchons, le temps perdu à attendre le train en retard… Autant de facteurs qui peuvent freiner certains travailleurs à faire de la route pour se rendre au travail. Et quel dommage pour l’entreprise de se fermer à ces talents-là ! Le télétravail est donc une occasion en or pour accueillir des travailleurs habitant loin de leur lieu de travail.

OUI, pour des salariés plus heureux et plus productifs

Plus épanouis, plus sereins, et heureux d’avoir trouvé un véritable équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle. Le télétravail offre aussi l’assurance de voir ses salariés plus enclins à travailler et donc à produire efficacement. Des études ont prouvé que le temps de transport est un frein à la productivité et que l’entreprise n’est pas toujours l’endroit idéal pour se concentrer. Multiplier les lieux d’échange et de collaboration permet de stimuler la créativité de ses salariés et leur productivité.

OUI, pour réduire l’impact immobilier de l’entreprise

Car moins de salariés présents physiquement tous les jours sur leur lieu de travail, ce sont moins de mètres carrés à louer ou au contraire, des mètres carrés à exploiter autrement : en accueillant des start-ups, des clients, etc. L’entreprise devient alors un tiers-lieu. En France, il en existe plus de 1900. Car oui, il n’y a pas que le home office quand on parle de télétravail : fab lab, usine collaborative, makerspace… Autant de lieux qui vont offrir des ambiances de travail différentes aux travailleurs : calme, silence, effervescence, animation, décontraction…

…et votre impact écologique !

Surtout lorsque l’on sait qu’un collaborateur effectue en moyenne 9000km par an en voiture pour se rendre sur son lieu de travail, soit un rejet de 2700kg de CO2… Ça donne envie de changer ses habitudes ! Pas convaincu ? Tenez : en effectuant 44 jours de télétravail dans l’année, votre salarié éviterait de rejeter 550kg de CO2. Non seulement le télétravail s’avère être une belle initiative pour diminuer nos émissions de CO2, mais c’est également une belle initiative RSE que l’entreprise peut tout à fait mettre en avant dans son discours de marque.

OUI, pour s’adapter et prendre le virage de la réactivité

Tout va toujours plus vite, les entreprises se doivent d’être de plus en plus réactives, et ce ne sont pas les moyens technologiques qui manquent pour suivre ce rythme effréné : 98% des Français profitent aujourd’hui d’une couverture 4G, la 5G se profile déjà à l’horizon, l’utilisation d’outils comme le Cloud ne cesse de croître (Microsoft a eu plus de 89% de croissance d’utilisation de son outil Cloud en 2018), des solutions SAAS de collaboration, la visio-conférence, l’utilisation d’outils plus rapides comme les chats internes en remplacement des mails… Autant d’outils qui permettent d’échanger vite et bien à distance, pour ne rien manquer de l’activité de l’entreprise ou de son client. Apprendre à utiliser petit à petit ces outils avec ses collaborateurs en télétravail peut aussi être une belle opportunité pour l’entreprise d’opérer sa mutation au digital, tout en douceur.

OUI, grâce à un cadre juridique plus clair

Et ça, c’est grâce à l’ordonnance Macron, publiée en 2017. Cette « loi du travail » offre la possibilité de recourir au télétravail de manière sécurisée sans qu’un accord, une charte d’entreprise ou un avenant au contrat de travail ne soit nécessaire. La disparition du caractère « régulier » dans la définition légale du télétravail offre une plus grande souplesse à la mise en place de ce dernier. Côté entreprises, elles se sont vues acquittées de l’obligation de prendre en charge l’équipement mobile du télétravailleur, ce qui encourage notamment les petites entreprises à se tourner vers le télétravail. L’entreprise n’a plus qu’à mettre en place des outils de travail à distance pour que le télétravail soit possible.

Et mon esprit d’équipe, je l’entretiens comment à distance ?

C’est là qu’il est important de fixer des règles dès le départ avec vos collaborateurs : 2 jours de télétravail par semaine, 3 jours par mois… Cela dépendra de vos besoins, de votre secteur d’activité, des envies et besoins de votre salarié. Chacune des parties doit se retrouver dans ce nouveau modèle de collaboration plus agile.

Il sera également très important de créer de nouveaux temps d’échanges et de rendez-vous avec l’ensemble des collaborateurs. C’est important non seulement pour maintenir une bonne ambiance et entente dans le travail (rien ne vaut un échange humain, en physique !) mais aussi pour continuer à partager une même vision d’entreprise, un même état d’esprit… même à distance !